Man Ray



Photographe et designer Man Ray

Artiste de l'époque moderne

Man Ray est encore aujourd'hui considéré comme l'un des plus importants précurseurs de l'histoire du cinéma, de la photographie moderne jusqu'au films expérimentaux. Man Ray a travaillé de manière diversifiée entre cinéma et photographie et fut ainsi à l'origine des œuvres les plus importantes de l'époque moderne. Il documenta avec de nombreux portraits d'artistes d'avant-garde la grande période de la vie culturelle à Paris dans les années 1920.

L'origine artistique

Man Ray, de son vrai nom Emmanuel Rudnitzky, est né en 1890 à Philadelphia. Ses parents le nommèrent Ray dans le but d'américaniser son nom, et son surnom se raccourcit en Man, ce qui devint son nom d'artiste.

À 21 ans, il est accepté à la libérale Modern School of New Yorks Ferrer Center pour y étudier la peinture. La pensée radicale et l'esprit de liberté de ses professeurs ont sans aucun doute énormément influencé l'art de Man Ray.
En 1915, Man Ray expose pour la première fois à New York et y fait la connaissance du célèbre Marcel Duchamp. Duchamp fut aussi celui qui amena Man Ray à s'intéresser à la photographie et au cinéma. Les deux firent des expériences à New York, dont de nombreux court-métrages.

Man Ray décida de déménager à Paris en 1921. Il vécut dans le célèbre Hôtel des Écoles à Montparnasse, où il fit la connaissance de quelques représentants importants du Dadaïsme comme Max Ernst ou Hans Arp, avec lesquels il exposa ensuite ses œuvres lors d'expositions communes et avec qui il travailla en étroite collaboration. La photographie et le cinéma dans le style dadaïste et surréaliste sont devenus ses médias de travail principaux pendant son époque parisienne.

En 1938, il dut rentrer aux États-Unis à cause de la montée du national-socialisme et s'y retrouva tel un étranger, malgré sa citoyenneté américaine. Toutes ses œuvres restèrent à Paris, cachées chez des amis, en retrait, et c'est pourquoi la plupart des travaux de Ray furent détruites ou volées. En Amérique, il réussit à s'en sortir en donnant des conférences sur le Dada et le surréalisme, et à la fin de la deuxième guerre mondiale, il repartit immédiatement à Paris avec sa femme et vécu dans un appartement qu'il ne quitta plus jusqu'à ses derniers jours. Il mourut en 1976 à Paris.