Collection mono-a

Filtre 

Angebot
Trier par: Popularité  


mono-a : le classique parmi les couverts design

À son apparition en 1959, mono-a était le premier couvert qui renonçait radicalement à tout élément décoratif. Son nom s'explique par le fait que le couteau est taillé dans une seule pièce d'acier inoxydable, un « monobloc ». Il indique également l'uniformité de sa conception. Le design dessiné en 1958 par le Prof. Peter Raacke est considéré comme le couvert design le plus vendu en Allemagne et jouit d'une communauté de fans dans le monde entier, qui ne cesse de grandir. D'innombrables récompenses et expositions à l'échelle nationale et internationale confirment la réputation de ce service de couverts comme l'icône du design moderne.

Prof. Peter Raacke

Une forme intemporelle

Parfaitement en forme depuis plus de 50 ans. Un demi-siècle c'est beaucoup de temps. Et cela laisse des traces. Chez les hommes, ce sont des cheveux gris et quelques rides. Pour les objets, c'est encore pire : souvent, ils deviennent inutilisables et le design éveille chez tous des sentiments de nostalgie.

Ceci n'est pas le cas des couverts mono-a, conçus en 1958 et mis sur le marché en 1959. Des experts du monde entier vantent sa forme intemporelle comme un modèle pour la nouvelle ère du design. Particulièrement la nouvelle génération, qui découvre à peine les couverts mono-a, est étonnée d'apprendre son véritable âge. Même dans 100 ans, mono-a n'aura pas pris une ride.

Prof. Peter Raacke

Wagnis Design

Le design de mono-a était un véritable coup de maître. Pourtant, personne ne pouvait le savoir dans les années 50. Le fabricant Herbert Seibel et le designer industriel prof. Peter Raacke, qui ont à l'époque introduit ces couverts sur le marché, étaient conscients du fait qu'il tentaient là quelque chose de tout à fait nouveau, sans pour autant être des voyants. C'est ainsi qu'il ne pouvait pas deviner qu'ils deviendraient le classique absolu en matière de services de couverts.

Malgré l'atmosphère euphorique du miracle économique des années 50, mono-a était un véritable pari sur le plan conceptuel et économique. Dans un premier temps, tout ne semblait pas rose : le gratin spécialisé dans la fabrication des couverts s'est moqué du « morceau de tôle » et l'investissement onéreux menaçait de devenir un désastre. Pourtant, mono-a a trouvé ses premiers clients par la vente dans des établissements de meubles et de décoration élitistes. Et ces derniers étaient tellement séduits par son design discret et non conventionnel que bientôt, mono-a était dans toutes les bouches.